Plan d'aménagement forestier des bois communaux de Habay

Présentation du plan d'aménagement des bois communaux de Habay qui entrera en vigueur le 1er janvier prochain et qui se terminera le 31 décembre 2048

Plan d'aménagement des bois communaux de Habay

Foret

Ce plan d’aménagement des bois communaux est important car c’est lui qui servira de guide les 30 prochaines années pour la gestion de nos forêts.

Ce document est le fruit de plusieurs réunions avec le DNF mais aussi deux réunions de travail où tous les conseillers communaux ont été conviés.  Cela fait donc 6 mois que, tous, nous travaillons sur ce dossier, afin d’y inclure les remarques et objections de chacun, ce qui a été fait.

Je ne vais pas vous présenter in extenso les 64 pages de ce plan, mais vous en retirer les grandes lignes.

Tout d’abord, comme le rappelle l’article 1er du Code forestier, les bois et forêts représentent un patrimoine naturel, économique, social, culturel et paysager.  Il convient de garantir leur développement durable en assurant la coexistence harmonieuse de leurs fonctions économiques, écologiques et sociales.

Le développement durable des bois et forêts implique plus particulièrement le maintien d’un équilibre entre les peuplements feuillus, et la promotion d’une forêt mélangée et d’âges multiples, adaptée aux changements climatiques et capable d’en atténuer certains effets.

Pour la forêt communale, cinq grandes séries d’objectifs ont été définies :

  • La série-objectif multifonctionnelle
  • La série-objectif de conservation et de production ligneuse
  • La série-objectif de conservation
  • La série-objectif de conservation et d’accueil du public
  • La série-objectif de réserve intégrale

Dans le cas des plantations feuillues ou résineuses, il n’y aura plus de plantations monospécifiques.  Les plantations associeront au minimum quatre essence différentes en résineux et sept essences en feuillus.

Il faudra également veiller à avoir un équilibre feuillus/résineux, ce qui explique que certaines surfaces seront transformées en feuillus ou en résineux.

Il est rappelé également dans ce plan, les intérêts multiples de la forêt : chasse, pêche, randonnées, exploitations forestières, … qui font de nos forêts de véritables lieux de vie où tous les acteurs se doivent de cohabiter en bonne harmonie.

Suite à la PPA, l’évolution de la maladie et surtout son impact sur la circulation en forêt et la pratique de la chasse pourrait considérablement affecter la réalisation des opérations sylvicoles dans les délais prévus dans ce plan d’aménagement et impacter les prévisions financières.

Dans ce plan sont également prévus quelques investissements conséquents au niveau infrastructures (routes, pont, dépôts, …) permettant un meilleur accès aux différentes parcelles.

La forêt est aussi fort utilisée par les différents mouvements de jeunesse, deux zones ont été proposées par le Département de la Nature et des Forêts (DNF), une à Orsinfaing, l’autre à Habay-la-Neuve, nous en avons ajouté une troisième à Anlier vu la présence de camps scouts et de Nature Attitude en Forêt d'Anlier ASBL.  Nature Attitude qui a été associée au choix de cette zone à Anlier.

Concernant la conservation des bois et forêts, 2 arbres morts/ha seront conservés tant en feuillus qu’en résineux ainsi qu’un arbre d’intérêt biologique/2 ha.

Au niveau des résineux et des cours d’eau, le Code forestier interdit de planter des résineux sur une largeur de 12 m de part et d’autre des cours d’eau, et d’élargir la zone à 25 m pour certains types de sols.  Nous avons décidé d’établir une zone d’interdiction de 25 m quel que soit le type de sol.  Cette mesure va donc plus loin que ce préconise le code, mais facilite et simplifie la gestion sur le terrain.

Une partie de la forêt communale sera placée en réserve intégrale, la superficie actuelle étant trop faible (2,14% sur 3%), de nouvelles zones ont été définies (c’est l’objet du point suivant du conseil où nous voterons séparément ce point), pour porter la superficie en réserve intégrale à 3,42%.

La partie excédentaire de 0,42 % a été volontairement créée de façon à tenir compte d’une part de l’augmentation des peuplements feuillus au cours de l’aménagement et d’autre part, pour permettre la création d’une bretelle permettant de relier la Zone Economique Porte de Gaume à Marbehan à l’autoroute et au futur site de Vivalia.

Au niveau foncier, la politique de la commune sera d’échanger des parcelles pour les regrouper (et donc lutter contre le morcellement), mais aussi l’acquisition de parcelles (héritage, mécénat).

Nous avons également souhaité que toutes les zones soumises au Régime forestier le restent et que celles qui s’en écartent pour diverses raisons reviennent sous le Régime forestier au fur et à mesure de la mise en place de ce plan.

Au niveau financier, la commune souhaite réinvestir un minimum de 35% des recettes, il est actuellement de 15% et était en moyenne de 27% sur les 6 dernières années.

Il a également été demandé que le plan soit suivi d’un comité d’accompagnement ou une commission communale forestière.  Le choix reste ouvert.

Une synthèse du suivi du plan nous sera également adressé annuellement par le DNF et une présentation au conseil se fera tous les 5 ans.

Le plan sera d’application dès le 1er janvier 2020 et se terminera le 31 décembre 2048.

Les grands objectifs peuvent être résumé par les points suivants :

  • Atteindre l’équilibre forêt-gibier sur l’ensemble de la propriété ;
  • Améliorer la rentabilité financière de la forêt (qualité, quantité, diversité, équilibre forêt-gibier) ;
  • Garantir le principe de multifonctionnalité de la forêt en développant un équilibre harmonieux entre les fonctions économiques, écologiques et sociales, en ce compris la chasse et les aspects paysagers ;
  • Promouvoir une forêt mélangée et d’âges multiples plus à même à faire face aux changements climatiques et d’en atténuer certains effets ;
  • Veiller à l’adéquation des essences aux stations forestières ;
  • Maintenir autant que possible la proportion résineux/feuillus (légère augmentation de la proportion des feuillus due au respect des contraintes réglementaires) ;
  • Appliquer une sylviculture dynamique afin d’améliorer la stabilité physique et la vitalité des peuplements (réduire les risques, limiter les coûts, augmenter les recettes) ;
  • Tenter systématiquement la régénération naturelle par coupes progressives en futaie régulière résineuse ;
  • Protéger les ressources (eau, sol, faune et flore, paysage, …) notamment en introduisant le traitement irrégulier en résineux sur 96 ha et en continuant le désenrésinement des cours d’eau (25 m de part et d’autre) et des sols hydromorphes, paratourbeux et tourbeux) ;
  • Améliorer et entretenir la desserte.

Ce plan d’aménagement forestier sera également le point de départ à la mise en place d’une charte forestière.  Cette charte sera un outil contractuel au service d’un territoire, se voulant fédérateur et permettant d’envisager la gestion de la forêt dans sa globalité, de façon économique, environnementale, sociale et touristique en mettant autour de la table tous les acteurs du territoire intéressés.  Ce sera donc un lieu de concertation, de discussions, de partage d’idées, de recherche de convergences et de complémentarité entre forêt publique et privée.

J’en ai terminé ici, et je tiens à remercier toutes les personnes qui ont contribués à la rédaction de ce plan d’aménagement forestier, Messieurs JAMIN et CLEDA du DNF, Danielle GOBIN pour le suivi administratif à la Mairie, Nature Attitude et les conseillers communaux qui ont participé aux différentes réunions ou qui ont envoyés leurs remarques par courriel.  Ce travail est un travail de tous, au-delà des clivages partisans et en toute transparence, car une gestion à 30 ans ne se décide pas seul dans son coin.